Une réponse à Que représentent les dessins sur les atouts au jeu de tarot?

  • simon270794 dit :

    Bonjour,

    Les dessins sur les atouts au jeu de tarot :

    ►Le Tarot dit de Charles VI, dont dix-sept cartes sur soixante-dix-huit sont conservées, est l’un des rares témoignages des luxueux jeux princiers de la Renaissance italienne dont une vingtaine d’exemples subsistent. Son titre est en partie inexact, Charles VI (1368-1422) n’étant pas le destinataire de ces cartes, exécutées en Italie du Nord, postérieurement au règne de ce roi de France.

    ►Les tarots peints sont mentionnés dès le XVe siècle dans les cours de Milan et Ferrare. Ils apparaissent comme l’une des expressions de la culture humaniste, qui inspirait de nombreux jeux éducatifs, édifiants, parfois initiatiques ou ésotériques. Créations d’érudits, ces jeux abondaient en allégories, symboles et emblèmes, diffusant la nouvelle culture. Les humanistes souhaitaient une compréhension immédiate de la connaissance et pensaient atteindre ce but par un langage visuel. L’art devenait alors l’un des supports du savoir. L’instruction était appréhendée comme une initiation personnelle à une vie supérieure, et ces jeux, où la tradition sacrée se mêlait à la culture profane et à la fiction, séduisaient les princes.

    ►Le jeu de tarots est cité pour la première fois, semble-t-il, à Ferrare, en 1442, sous l’expression carte da trionfi ou triumphorum ludus (triomphes). Vers 1500, le terme tarocchi apparaît dans un livre de comptes de la cour de Ferrare. La transcription française "tarot" se rencontre dans un document daté 1505. C’est de Milan que le tarot se propagea en France, en Suisse, puis de là en Allemagne et dans le reste de l’Europe. Il se répandit sous la forme d’un ensemble de soixante-dix-huit cartes : vingt-deux atouts ou triomphes et cinquante-six cartes du jeu à quatre couleurs (roi, dame, cavalier, valet, cartes numérales de l’as au dix) aux enseignes latines figurant des symboles (épée, bâton, coupe, denier). Si celles-ci proviennent d’Orient, du monde musulman, les atouts sont une création essentiellement européenne. Des variantes apparurent dès le début du XVIe siècle, le minchiate de Florence avec dix-neuf atouts supplémentaires et le tarocchino de Bologne sans les cartes de points de deux à cinq. Des jeux plus populaires, gravés sur bois et imprimés circulaient aussi.
    Le Tarot dit de Charles VI aurait pour origine Bologne. Les atouts conservés – signalés ici en italique – s’intercaleraient ainsi : Bateleur, Impératrice, Empereur, Papesse, Pape, Amoureux, Chariot, Tempérance, Justice, Force, Roue de Fortune, Ermite, Pendu, Mort, Diable, Maison-Dieu, Étoile, Lune, Soleil, Monde, Jugement. Le Fou est un atout spécial qui n’est pas numéroté.

    ►Suite sur :

    expositions.bnf.fr/renais/arret/3/index.htm –

    Espérant t’avoir contenté, j’en serai ravi !!!!

    Merci de m’avoir lu

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*